Attractions

  • Musee Goya

    Adresse:
    2 Rue de l'Hôtel de ville, 81100 Castres, France .

    Goya, mais aussi Zurbaran, Picasso, Dali, Velasquez, El Greco... Notre "petit" musée offre une collection exceptionnelle avec 600 ans de peinture espagnole. La plus belle collection en France après celle du Louvre.

     

    Horaires et tarifs

    Ouvert tous les jours en juillet et août de 10h à 18h
    9h-12h et 14h-18h en septembre, avril, mai, juin 
    9h-12h et 14h-17h d’octobre à mars
    10h les dimanches et jours fériés
    Fermé le lundi
    Fermé le 1er janvier, 1er mai, 1er novembre et 25 décembre

    Billet tarif normal : 5,00 €
    Billet tarif réduit : 2,50 € (groupe de 10 personnes et plus, étudiants, personnes à mobilité réduite, demandeurs d’emplois…) 
    Pass tourisme en ville : 6,50€ (Musée Goya, Musée Jean Jaurès et Archéopole réduction : coche d’eau, cinéma, golf, Archipel, Centre équestre, Laser Quest, parking Q-Park et Office de Tourisme) 
    Gratuit : - 18 ans, Amis des musées de Castres et ambassadeurs tarnais
    Gratuit pour tous : le 1er dimanche du mois d'octobre à mai
    Gratuit pour les porteurs de cartes professionnelles (journalistes, guides-conférenciers, enseignants)
    Audioguide : 2€
    (tarifs susceptibles de modification) 
    Chèques vacances acceptés

    Pas d'accès handicapés

  • Le Centre national et musée Jean Jaurès (CNMJJ)

    Adresse:
    Place Pelisson, 81100 Castres, France .

    Le Centre national et musée Jean Jaurès (CNMJJ) retrace le parcours de l’homme politique, enseignant, philosophe, journaliste et tribun d’exception qu’était Jean Jaurès. 

    Le CNMJJ présente un parcours chronologique et thématique pour découvrir et comprendre la vie et l’œuvre de l'illustre tribun. De nombreuses œuvres, journaux, photographies et caricatures de la IIIe République sont proposés au public. Ce musée consacré à la vie politique française au tournant des XIXème et XXème siècles permet de réviser l'Histoire et ne manque pas de pittoresque. 

    Créé en 1954 à l’occasion du quarantième anniversaire de la mort de Jean Jaurès, le musée Jaurès se trouve alors dans les murs de l’Hôtel de Ville, aux côtés du musée Goya. En 1987, il est transféré place Pélisson et devient le Centre national et musée Jean Jaurès. Il est officiellement inauguré le 24 novembre 1988 par le président de la République François Mitterrand.
     

    Horaires

    Ouverture 
    - 10h-12h et 14h -18h (17h du 1er octobre au 31 mars)
    - Du mardi au samedi :
    - Le dimanche du 2 mai au 30 septembre
    - Le lundi en juillet et en août

    Jours de fermeture
    - 1er janvier
    - 1er mai
    - 1er novembre
    - 25 décembre
     

    Tarifs

    - Tarif : 3,00 €
    - ½ tarif : 1,50 € : groupe, étudiant, personne percevant une AAH, demandeur d’emploi, regroupement de CE (convention) 
    - Gratuit : moins de 18 ans, groupe scolaire, Amis des musées de Castres, Ambassadeur tarnais.

    Pass tourisme en ville : 6,50 € (comprend une entrée au musée Goya, au musée Jean Jaurès ainsi que des tarifs réduits : visites de l’office de tourisme, Archipel, Coche d’eau, Centre équestre, golf et Laser Quest) 

    Le musée est accessible aux personnes à mobilité réduite.

    Où acheter son billet ?
    À l’accueil du Centre national et musée Jean Jaurès

  • Le Jardin de l’Évêché

    Adresse:
    Rue de l'Évêché, 81100 Castres, France .

    Un jardin remarquable

    Le jardin del ’Évêché, de style français classique, a été réalisé en 1700. Il est attribué à André Le Nôtre, le célèbre concepteur des jardins du Château de Versailles.

    Ce havre de verdure est un cadeau précieux de l'Histoire. Son emprise, sa composition d'ensemble et le dessin de ses broderies ont traversé 3 siècles. 

    Il est classé Monument Historique depuis 1995.

  • Les Maisons sur l'Agout

    Adresse:
    Pont vieux - Castres .

    La rivière était autrefois le centre vital de la ville de Castres. Ces maisons ont été dès le Moyen Âge le lieu d'activité principale des castrais. Ces maisons d'artisans abritaient différents corps de métiers tels que tanneurs, teinturiers, parcheminiers, papetiers et tisserands.

    Toutes ces maisons ont des bases médiévales dont les ouvertures sont en berceau ou en ogive. Les caves appelées «caoussino» en occitan (littéralement cela signifie usine à chaux) ouvrent sur la rivière et possédaient des lavoirs. Après avoir nettoyé et rincé les peaux dans l'Agout, on les déposait dans les cuves emplies de chaux. Au rez-de-chaussée étaient situés les appartements des ouvriers puis ceux des maîtres. Cependant, il n'était pas systématique de trouver sous le même toit l'habitat et l'activité professionnelle de l'artisan. Dès l'époque de Louis XIV, les documents cadastraux indiquent fréquemment des propriétaires différents pour les «caoussino» et les étages supérieurs.



    Aux deux derniers étages, se trouvaient les séchoirs, l'un plus haut que les pièces d'habitation elles-mêmes afin que les cuirs ne traînent pas par terre. Ces pièces sont pourvues de petites ouvertures qu'il devait être aisé de fermer avec des volets de bois pour, en été, défendre les cuirs des ardeurs du soleil et en hiver de la force de la gelée. Sous les toits, le deuxième séchoir portait le nom de « soleiller », largement ouvert pour laisser pénétrer la lumière et l'air.

    Ces maisons, appelées aussi «la petite Venise» ont conservé leurs encorbellements de bois et leurs balcons. 
     

  • L'hotel Oulès, dit "de Nayrac"

    Adresse:
    Place Jean Pierre Gabarrou, 81100 Castres, France .

    C'est le sieur Oulès, déjà propriétaire d'une très belle maison à l'angle des rues Sabaterie et Camille-Rabaud, qui décida d'acquérir trois lots mitoyens de maisons qui s'élevaient sur la rue droite (Frédéric-Thomas) vers 1635.

    Le dessin, les proportions et l'emplacement des baies à croisillons de la porte d'honneur et la tourelle à encorbellement rythment harmonieusement la façade des trois ailes. Les percements sont encadrés de pierre et de tableaux en brique apparente. L'oculus du portail est utilisé comme point de fuite. L'aile des appartements se situe dans la partie sud qui se trouvait sur une rue étroite. Une cour intérieure avec un petit puits privé a réussi à s'y loger.

    L'hôtel, dit aujourd'hui de Nayrac, nom de ses propriétaires du siècle suivant, est donc traité suivant un style très dépouillé, plus issu de l'influence de l'architecture Louis XIII, dans l'esprit de l'architecture toulousaine (ou albigeoise) en alliant très largement brique et pierre.

    La partie sud constituait l’aile des appartements avec une cour intérieure et un puits alors que dans la partie nord se trouvait la boutique.
     

    Une activité marchande

    Les grandes arcades, aujourd'hui aveugles sur la rue, évoquent sans doute la volonté de l'établissement de boutiques en relation avec les activités marchandes du commanditaire de l'hôtel dont les prétentions nobiliaires s'affichent dans la haute tour à galerie.

    Ainsi les boutiques du sieur Oulès trouvèrent leur emplacement dans la partie nord face à la rue Borrel. Afin de souligner l'importance accordée par son propriétaire à l'enseigne des deux arcades qui s'ouvrent sur l'échoppe, une avancée du corps de bâtiment en encorbellement sur la rue au-dessus est prétexte à une belle élévation richement décorée.